Skip to content

Download E-books La Bataille: Roman PDF

By Patrick Rambaud

" J'entreprends de vous initier à toutes les horreurs, à toutes les beautés d'un champ de bataille ; ma bataille, c'est Essling. " Ce roman, Balzac fait semblant d'y travailler, il y pense, il visite les lieux, rencontre des témoins, prend des notes. Il l'annonce dans une longue lettre à Madame Hanska mais, bousculé par mille projets, il ne nous donnera jamais ce livre qui l'obsède. Pourquoi Balzac voulait-il raconter Essling ? Pourquoi nous emmener aux portes de Vienne en 1809 avec Napoléon? Pourquoi pas Marengo, Aboukir, Austerlitz ou Wagram ? Pourquoi ces deux journées féroces où personne n'a envie de se battre, qui laissent quarante mille morts dans les blés ? Pour le comprendre, je ne voyais qu'une answer : franchir à mon journey le Danube, chevaucher avec Lannes et Masséna, sentir l. a. chaleur des incendies, risquer les boulets autrichiens. Ce fut d'abord une interrogation, puis une curiosité, ensuite une envie, enfin une nécessité. A cheval !

Show description

Read or Download La Bataille: Roman PDF

Similar Nonfiction books

Schaum's Outline of Basic Circuit Analysis, Second Edition (Schaum's Outlines)

Definitely the right evaluation on your simple circuit research path greater than forty million scholars have depended on Schaum’s Outlines for his or her professional wisdom and valuable solved difficulties. Written via popular specialists of their respective fields, Schaum’s Outlines disguise every little thing from math to technological know-how, nursing to language.

Psychology's Ghosts: The Crisis in the Profession and the Way Back

This booklet is the made of years of notion and a profound trouble for the kingdom of latest psychology. Jerome Kagan, a theorist and best researcher, examines renowned practices and assumptions held by way of many psychologists. He uncovers various difficulties that, troublingly, are mostly overlooked by means of investigators and clinicians.

Those Guys Have All the Fun: Inside the World of ESPN

It all started, in 1979, as a mad thought of beginning a cable channel to televise neighborhood physical games through the country of Connecticut. this day, ESPN is arguably the main profitable community in glossy tv heritage, spanning 8 channels within the Unites States and worldwide. however the within tale of its upward push hasn't ever been absolutely told-until now.

The Family and Individual Development (Routledge Classics)

The kin and person improvement represents a decade of writing from a philosopher who was once on the height of his powers as might be the major post-war determine in developmental psychiatry. In those pages, Winnicott chronicles the advanced internal lives of humans, from the 1st stumble upon among mom and baby, throughout the 'doldrums' of youth, to adulthood.

Additional info for La Bataille: Roman

Show sample text content

Cria Saint-Didier. l. a. plupart des cuirassiers font volter leurs montures pour fondre sur les fantassins, quand le général Espagne reçoit une balle de mitraille en pleine poitrine, qui traverse los angeles cuirasse. Le blessé glisse, il tombe, le pied coincé dans l’étrier, et los angeles bête s’emballe, elle le traîne comme un sac, il rebondit sur los angeles terre labourée par les explosions. Fayolle pique son cheval dans los angeles même path, se baisse sur l’encolure, coupe los angeles lanière de l’étrier avec le tranchant de son épée. Les autres arrivent à sa suite et soulèvent le corps abîmé du général. On lui ôte son plastron et sa dossière, on l’enroule dans l. a. cape blanche et longue d’un officier autrichien, qui s’étoile aussitôt de rouge vif, puis on dépose le corps sur un affût, tête et bras pendants, comme un fantôme. Il y avait plus de morts sur les tombes du cimetière d’Aspern que dans les caveaux. Submergés, les voltigeurs luttaient en lançant des cailloux sur les tirailleurs du baron Hiller ; Paradis eut même l. a. pride d’en atteindre plusieurs avec sa fronde, mais il reculait avec le reste de son bataillon décimé, et tous espéraient s’égailler dans les champs où des arbustes et des herbes hautes pourraient les camoufler. Des Autrichiens montés sur les murs fanfaronnaient en secouant leurs drapeaux frappés de l’aigle noire à deux têtes, ou d’une madone en gown bleu ciel qui paraissait déplacée dans ces lieux infernaux. Les tambours battaient avec vanity. Les Français se laissaient tirer comme à los angeles chasse. Un canon pointa dans l’un des éboulis de l’enceinte. Paradis et Rondelet fuyaient sans pouvoir riposter. Ils s’accroupirent pour reprendre souffle derrière le corps d’un sous-officier grassouillet, tombé sur une croix et relaxationé accroché à los angeles façon d’un épouvantail. Rondelet se dressa un peu derrière ce cadavre pour constater los angeles development de l’ennemi : — Dis donc, c’est l’adjudant ! Il prit le tué sous les bras pour le montrer à Paradis. L’adjudant Roussillon avait les yeux ouverts et fixes, un sourire plaqué sur ses lèvres bleues. Rondelet se piqua le doigt en détachant los angeles Légion d’honneur du semblant d’uniforme : — Pour le souv’nir, dit-il. Ce fut sa dernière word, qu’il ne placed achever parce qu’un boulet rasant lui emporta l’épaule. Abasourdi, motor vehicle il se tenait près de son ami, Vincent Paradis s’en alla dinguer contre une dalle mangée par les orties et les mousses. Ses oreilles bourdonnaient. Les sons ne lui venaient plus qu’amortis. Il mit une major à son visage. Il eut un hoquet. Sa major n’avait rencontré qu’une bouillie de chair. Il en avait aussi sur les cheveux, dans los angeles bouche, qu’il crachota en morceaux mous, fades et tièdes. Était-il défiguré ? Un miroir ! Personne n’avait un miroir ? Une flaque d’eau, même ? Non ? Rien ? Était-il presque mort ? Où était-il ? Encore sur terre ? Est-ce qu’il dormait ? Est-ce qu’il se réveillerait et où ? Il sentit des grosses pognes l’agripper et le soulever comme un colis ; il se retrouva contre une barrière de bois qui partageait un champ. Des voltigeurs couchés sur le dos bredouillaient des mots incompréhensibles, ils étaient ensanglantés, pansés avec des mouchoirs et des chiffons, l’un avec le bras en écharpe, l’autre crispé sur une branche comme sur une béquille, le pied empaqueté dans un bout de vareuse.

Rated 4.85 of 5 – based on 16 votes