Skip to content

Download E-books Œuvres complètes PDF

By William Shakespeare

Hamlet, Macbeth, Othello… vous trouverez dans cette édition l’intégralité des oeuvres de Shakespeare :
les tragédies, les comédies, les romances, les pièces historiques ainsi que ses poèmes. Elle est assortie
d’annexes et de notes explicatives. L'édition comprend fifty three titres, 1300 notes interactives et des
centaines d’illustrations.

Les 12 Tragédies :
Antoine et Cléopâtre • Coriolan • Le most efficient Hamlet • Le moment Hamlet • Jules César • Macbeth • Othello • Le roi Lear • Roméo et Juliette • Timon d’Athènes • Titus Andronicus • Troïlus et Cressida.

Les 12 Comédies :
Beaucoup de bruit pour rien • los angeles comédie des méprises • Comme il vous plaira • Les deux gentilshommes de Vérone • Les joyeuses commères de Windsor • Le marchand de Venise • Mesure pour mesure • Le soir des rois ou ce que vous voudrez • Peines d’amour perdues • los angeles mégère domptée • Le songe d’une nuit d’été • Tout est bien qui finit bien

Les five Romances :
Le conte d’hiver • Cymbeline • Périclès, prince de Tyr • los angeles tempête • Les deux nobles parents

Les 10 Pièces Historiques :
Le roi Jean • Le roi Richard II • Le roi Richard III • Le roi Henry IV (1) • Le roi Henry IV (2) • Le roi Henry V • Le roi Henry VI (1) • Le roi Henry VI (2) • Le roi Henry VI (3) • Le roi Henry VIII.

Les 7 Recueils de poèmes :
Sonnets • Le pèlerin passionné • Le phénix et l. a. colombe • Vénus et Adonis • Lucrèce • los angeles plainte d’une amante • Le pèlerin amoureux.

Les Annexes :
Le testomony de William Shakespeare • William Shakespeare par Victor Hugo • Nouvelle étude sur Shakespeare, son génie et ses œuvres par Hippolyte Taine • Biographie • Citations • Illustrations pour les oeuvres de Shakespeare. • L’avertissement et los angeles préface de los angeles nouvelle traduction de Shakespeare par Victor Hugo.

Show description

Read Online or Download Œuvres complètes PDF

Best British Literature books

The Sacred and Profane Love Machine (Penguin Books)

Swinging among his spouse and his mistress within the sacred and profane love computing device and among the charms of morality and the excitements of sin, the psychotherapist, Blaise Gavender, occasionally needs he may perhaps divide himself in . in its place, he shall we unfastened distress and confusion and—for the spectators at any rate—a morality play, wealthy in reflections upon the paradoxes of human existence and the character of the conflict among sacred and profane love.

Dr. Jekyll and Mr. Hyde and Other Stories

Robert Louis Stevenson initially wrote "Dr. Jekyll And Mr Hyde" as a "chilling shocker. " He then burned the draft and, upon his wife's suggestion, rewrote it because the darkly complicated story it really is this present day. Stark, skillfully woven, this attention-grabbing novel explores the curious turnings of human personality during the unusual case of Dr.

The Shorter Poems

Whereas The Faerie Queene counts as his masterpiece, it's in his shorter poetry that Edmund Spenser (c. 1552-99) confirmed his preferrred versatility and ability as eulogist, satirist, pastoral poet and prophet. The Shepheardes Calender marks a turning aspect in literary historical past, because the nameless writer with a bit of luck asserts his religion within the local power of the English language and stakes his declare to be the successor of Virgil and Chaucer.

The Pursuit of the Well-Beloved and the Well-Beloved (Penguin Classics)

In The Pursuit of the Well-Beloved (1892) and The Well-Beloved (1897), Hardy writes diversified types of an odd tale set within the bizarre panorama of Portland. The relevant determine is a guy obsessed either with the hunt for his perfect girl and with sculpting the fitting determine of a unadorned Aphrodite.

Additional info for Œuvres complètes

Show sample text content

Mais je crains bien qu’elle ne l’y rappelle à grand cris. Aufidius, le moment des mortels après Coriolan, lui obéit en tout, comme s’il n’était que son officier. Le désespoir est toute los angeles politique, l. a. strength et l. a. défense que Rome peut leur opposer. (Il entre une foule de citoyens. ) MÉNÉNIUS. Voici los angeles foule. — Et Aufidius est donc avec lui? C’est vous qui avez infecté l’air d’une nuée de vos revenues bonnets, en demandant, avec des huées, l’exil de Coriolan. Le voilà maintenant qui revient à l. a. tête d’une armée furieuse, et chaque cheveu de ses soldats sera un fouet pour vous; autant vous êtes d’impertinents qui avez jeté vos chapeaux en l’air, autant il en foulera aux pieds pour vous payer de vos suffrages. N’importe, s’il ne faisait de vous tous qu’un charbon, vous l’auriez mérité. TOUS LES CITOYENS. Il est vrai; nous entendons débiter des nouvelles bien effrayantes. greatest CITOYEN. Pour moi, quand j’ai crié: Bannissez-le! j’ai dit aussi que c’était bien dommage. moment CITOYEN. Et moi aussi, je l’ai dit. TROISIÈME CITOYEN. J’ai dit l. a. même selected; et, il faut l’avouer, c’est ce qu’a dit le plus grand nombre d’entre nous: ce que nous avons fait, nous l’avons fait pour le mieux; et, quoique nous ayons volontiers consenti à son exil, ce fut cependant contre notre volonté. COMINIUS. Oh! vous êtes de braves gens: criards! MÉNÉNIUS. Vous avez fait là un joli coup, vous et vos aboyeurs! (A Cominius. ) Nous rendrons-nous au Capitole? COMINIUS. Sans doute. Et que faire autre selected? (Ils sortent. ) SICINIUS, AU PEUPLE. Allez, bons citoyens; rentrez dans vos maisons: ne prenez aspect l’épouvante. Ces deux hommes sont d’un parti qui serait bien joyeux que ces nouvelles fussent vraies, tout en feignant le contraire. Retirez-vous, et ne montrez aspect d’alarme. optimum CITOYEN. Que les dieux nous soient propices! Allons, concitoyens, retirons-nous. — Je l’ai toujours dit, moi, que nous avions tort de le bannir. moment CITOYEN. Et nous avons tous dit l. a. même selected: mais venez, rentrons. (Ils sortent. ) BRUTUS. Je n’aime element cette nouvelle. SICINIUS. Ni moi. BRUTUS. Allons au Capitole. Je voudrais pour l. a. moitié de ma fortune pouvoir changer cette nouvelle en mensonge. SICINIUS. Je vous prie, allons-nous-en. (Les deux tribuns s’en vont. ) Scène VII Un camp à une petite distance des portes de Rome. AUFIDIUS ET SON LIEUTENANT. AUFIDIUS. Passent-ils toujours sous les drapeaux du Romain? LE LIEUTENANT. Je ne conçois pas quel sortilège il a pour les attirer; mais vos soldats ont pour lui une espèce de culte. A desk, il est le sujet de leurs entretiens; après le repas, c’est encore à lui que s’adressent leurs sentiments et leurs vœux; et vous êtes mis à l’arrière-plan, seigneur, dans cette expédition, même par les vôtres. AUFIDIUS. C’est ce que je ne pourrais empêcher à présent, sans rendre notre entreprise boiteuse. Je le vois bien aujourd’hui, il se conduit avec plus d’orgueil, même vis-à-vis de moi, que je ne l’ai prévu lorsque je l’ai accueilli et embrassé. Mais c’est sa nature, et il faut bien que j’excuse quelque temps ce qu’il est most unlikely de corriger.

Rated 4.93 of 5 – based on 42 votes